Hier a eu lieu le grand top départ de la première des deux croisières Léman hope, édition 2021!

8 July 2021

Répartis par groupes de quatre sur trois voiliers, 12 jeunes en rémission du cancer issus de toute la Romandie navigueront durant 4 jours et 4 nuits sur le Léman.

Toute l'équipe

C’est au cabanon des Pirates, dans le port d’Ouchy, que le staff et les bénévoles de Léman hope ont accueilli, plein d’entrain, les nouveaux jeunes pour les croisières. Accompagnés de leurs parents, les futurs moussaillons étaient captivés, impatients et un peu intimidés de découvrir leur nouvelle maison pour les 4 prochains jours. Pour certains, il s’agit de leur première fois loin du cadre familial. Les mots rassurants des skippers et encadrants auront suffi pour rapidement briser la glace. A 18 heures, les trois voiliers, Chupito, Neisson et Keola et leur équipage ont pris le large pour un voyage inoubliable.

A quai, l’émotion des parents était également palpable. Une des mamans nous confie d’ailleurs « Cette croisière arrive à point nommé pour notre fille. C’est le moment pour elle de reprendre son envol et pour nous de lâcher prise ». Que l’aventure commence !

Encadrés par des professionnels de la voile et de la santé, dont des membres de l’ARFEC (Association romande des familles d’enfants atteints d’un cancer), Léman hope est soutenu par une vingtaine de bénévoles s’assurant du bon déroulement de l’événement. Ces croisières permettent d’insuffler un boost de confiance après une longue hospitalisation et suite aux conséquences du traitement. A travers l’initiation aux valeurs de la voile et de la vie à bord, les jeunes profitent d’un cadre ludique et enrichissant. Pour rappel, le projet Léman hope s’inspire d’une expérience similaire, menée depuis 2003 en Grande-Bretagne par le Ellen MacArthur Cancer Trust (EMCT), du nom de la célèbre navigatrice à l’origine du projet. 

 

« Ces jeunes sont les étoiles de l’aventure, nous sommes les pilotes du bateau et les partenaires du projet sont le vent qui souffle dans les voiles. »

Priscille Varillon de Macias, directrice de projet Léman hope